RÉACTION : Pourquoi Julian Alaphilippe s’est mis aux capteurs de puissance ?

Eric Mommey, Data analyst, lisant l'article sur Julian Alaphilippe

Pourquoi Julian Alaphilippe s’est mis aux capteurs de puissance

Début Mars, Eurosport publiait un article fort intéressant « Pourquoi Julian Alaphilippe s’est mis aux capteurs de puissance». Sujet que CKP Engineering connaît bien pour l’avoir développé dans le ski nautique avec la participation active de Jean-Baptiste Faisy, champion d’Europe de la discipline.

Nous sommes allés à la rencontre d’Eric Mommey, le spécialiste de l’acquisition de données. Mot qui peut paraître barbare dit ainsi mais qui s’inscrit dans une démarche d’amélioration des programmes d’entrainements et implicitement les résultats aux compétitions.

CKP : Eric, après lecture du sujet de Christophe Gaudot, quel est ton point de vue ?

Eric : Les capteurs se développent de plus en plus dans le monde du sport. D’origine aéronautique, militaire/défense et Motorsport, les capteurs et plus globalement les systèmes d’enregistrement de données s’immiscent de plus en plus dans le quotidien du sportif.

En effet, de par la miniaturisation des capteurs et des systèmes d’enregistrement il est maintenant possible de mesurer un certain nombre de données physiques durant les entrainements afin d’optimiser leurs efficacités et in fine le résultat final lors des compétitions.

Chaque sport ayant ses spécificités, chaque déploiement de capteurs doit toujours avoir une finalité en accord avec le sport. Ainsi, il est important d’échanger avec les athlètes, les entraineurs et les équipementiers afin de bien définir les contours et objectifs des mesures et les critères à atteindre pour optimiser le matériel / l’athlète.

CKP : Pouvez-vous nous parler de votre expérimentation dans le ski nautique ?

Eric : CKP Engineering participe à la définition d’une gamme de capteurs en adéquation avec le milieu du ski nautique. Nous avons ainsi équipé un athlète et son ski pour mieux appréhender les différents paramètres. À la suite de plusieurs séances d’essais, un nombre important de datas a été enregistré. Nous avons alors identifié les paramètres/axes de développement pour améliorer la performance et défini des objectifs précis pour la définition de nouveaux capteurs spécifiques à cette application.

CKP Engineering, de part ses compétences de mesures embarquées et sa capacité à développer des jumeaux numériques détaillés, est régulièrement consulté pour partager son expertise dans ce domaine en plein développement.

CKP : Pourquoi avoir choisi le ski Nautique ?

Eric : C’est une discipline très complexe avec un certain nombre de paramètres à prendre en compte et non des moindres : un skieur, un ski, un bateau, une corde, l’eau, la météo extérieure. Si nous réussissons, dans cette discipline, à améliorer à la fois la performance de l’athlète et à la fois à optimiser le matériel, il y a fort à parier que nous puissions y arriver dans d’autres. Tout vient de la capacité à écrire le cahier des charges, les objectifs souhaités et de pouvoir disposer de retours tangibles du sportif.    

CKP : Quels sont les 1ers résultats ?

Eric : Ils sont très pertinents et confirment que nous sommes dans la bonne direction. Preuve en est avec une deuxième phase de tests à venir avec le développement de deux produits propres. Le premier à destination des pratiquants du ski nautique et des écoles de ski nautique ; le second qui pourrait être potentiellement utilisable aux Jeux Olympiques Paris 2024 dans différents sports autour du thème amortissement.

À suivre d’ici l’automne !

Lien vers l'article : POURQUOI JULIAN ALAPHILIPPE S'EST MIS AUX CAPTEURS DE PUISSANCE ? 

 Pour aller plus loin sur l'acquisition de données au service du ski nautique : 

 


logo ckp blanc

Copyright - Com n'plus 2021-2022

  • Tél. : +33(0) 5 58 03 19 42

  • contact [at] ckp-engineering.fr

  • Siège social
    18 Rue Pasquier
    75008 Paris

  • Centre de recherches
    620 Chemin de Pourcate
    40270 Cazères-sur-l'Adour